Kisangani : les médias pour lancer la campagne d’éducation civique et électorale des sourds

L’année 2023 s’annonce comme une année électorale pour la République Démocratique du Congo. Sauf imprévu, les congolais connaitront leur quatrième cycle électoral après celui de 2006, 2011 et 2018. Après avoir constaté les faiblesses de ces trois cycles électoraux cités ci-haut en terme d’inclusion des minorités sociales notamment les sourds, l’ONG-Actions pour la Justice, le Développement et les Droits Humains, AJDDH en sigle, a soumis au cours de l’appel à projet de IRI sa proposition de campagne d’éducation civique et électorale des sourds à Kisangani. 

Retenue par IRI pour une période de mise en œuvre de 6 mois soit à partir d’octobre 2022 à mars 2023, la campagne a été donc lancé ce vendredi 28 octobre dans la salle de réunion de AJDDH. Devant les chevaliers de la plume, le staff AJDDH conduit par le Chargé des Programmes Jedidia MABELA, a passé au crible les points saillants du projet notamment le contexte, les objectifs, les activités, ainsi que les résultats attendus

L’occasion faisant le larron, nous avons invité la presse à vulgariser le message de l’inclusion des sourds dans le processus électoral afin de rendre celui-ci véritablement participatif et démocratique. 

A l’issue de la conférence de presse, le chargé des programmes à annoncer la prochaine activité du projet qui sera la session d’information avec les responsables des organisations des sourds.

 

TSHOPO : La Justice Transitionnelle au cœur d’une formation des acteurs sociaux et étatiques Du 24 au 26 aout 2022

Du 24 au 26 aout 2022, L’ONG Actions pour la Justice, le Développement et les droits humains prend part active à l’atelier sur la justice transitionnelle qu’organise le bureau du Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme.  

La participation de l’ONG-AJDDH à cette randonnée scientifico-patriotique est la résultante de son combat contre l’impunité des graves crimes de guerre et crimes contre l’humanité perpétrés sur le sol congolais ; ainsi que son inlassable engagement pour la création d’un Tribunal Pénal International sur le Congo. 

C’est dans ce cadre qu’AJDDH a capitalisé son invitation en prenant part aux cotés de 29 autres participants choisis dans le milieu étatique et associatif de la ville de Kisangani en province de la Tshopo. Cette formation organisée dans la salle de conférence de l’hôtel la fourchette a mis aux prises trois différents intervenants abordant chacun son sous-thème dans une approche interactive et participative.

Le premier des trois, 

Le Prof Alphonse MAINDO a exposé sur les techniques de gestion des conflits et les mécanismes de recherche de vérité, les garanties de non –répétition, les réformes institutionnelles et le travail de mémoire.

Le deuxième, Dismas KITENGE vice-président honoraire de FIDH et Président du Groupe Lotus s’est appesanti sur les poursuites des crimes internationaux en RDC : contextes, lois applicables, difficultés et mécanismes juridictionnels ainsi que les réparations.

La troisième et dernière ; Prof Bibiche SALUMU a articulé son intervention sur les questions transversales : les aspects liés à la question de genre, aux jeunes, aux déplacés, aux réfugiés et justice transitionnelle. Pour elle les activités préalables à la mise en œuvres de la justice transitionnelle sont : la sensibilisation, les consultations populaires, la formation des acteurs clés et le rôle de la société civile.

Après ces riches interventions des principaux facilitateurs, s’en sont suivies des questions et contributions des participants dont la plupart étaient intéressés par la thématique au regards de tous les crimes connus à Kisangani qui n’ont presque jamais été réparés. Pour la suite, les participants ont été subdivisés en deux groupes pour des travaux en carrefour qui ont permis de dégager : les poursuites judiciaires, les réparations, les garanties de non-répétitions et les techniques de gestion de conflit et les mécanismes de recherche de vérité.

A l’issu de l’atelier, le représentant du bureau du haut-commissariat des droits de l’homme, Monsieur SYLVAIN MASUDI a remercié tous les participants pour le travail de qualité fourni et surtout les acteurs étatiques pour leurs disponibilités.

NORD -KIVU : ATELIER DE RÉFLEXION SUR LES STRATÉGIES DE SENSIBILISATION DE LA JUSTICE TRANSITIONNELLE

L’ONG AJDDH a été invitée par @Africareconcil4 et @ImpunityWatch à partager son expérience de sensibilisation à atelier du 25 au 26 août 2022, avec les Acteurs de la Société Civile implantés à Goma et d’ailleurs  sur les stratégies de sensibilisation de la justice transitionnelle, adaptées au contexte de la RDC en général et du Nord Kivu en particulier.

Au cours de l’atelier,  le Directeur Exécutif de AJDDH, Me Elly KAYEMBE a présenté la musique et la pièce du théâtre comme des stratégies adaptées pour sensibiliser la population congolaise. Il a rappelé que cette stratégie a été utilisée par AJDDH par plusieurs de ses projets financés par NED comme par ASF.

Notons que cette activité a été réalisée dans le souci des meilleurs stratégies de sensibilisation et surtout celles qui sont adaptées à la culture et aux habitudes de la population pour une bonne implication de la population.

#REFORMES_ELECTORALES_RDC/ Le, 12 Novembre 2021 à Kinshasa

L’ONG_AJDDH en collaboration avec la Commission Droits de l’Homme de l’Assemblée Nationale a organisé vendredi 12 novembre 2021 au Palais du peuple, une session d’information avec les parlementaires sur les réformes électorales, spécifiquement sur l’urgence de changer le mode d’élection des gouverneurs des provinces après avoir observé les limites du mode indirect qui officialise la corruption à ciel ouvert.

AJDDH plaide pour le mode d’élection directe des gouverneurs c’est-à-dire élection des gouverneurs de provinces directement par la population de chaque province pour renforcer l’élan démocratique et recréer le lien de redevabilité entre gouvernants et gouvernés en luttant contre la corruption électorale.

 

L’honorable Lambert Mende Omalanga a accepté de porter ce projet de loi au niveau de l’assemblée nationale.

 

Il importe de signaler que cette activité a été réalisée dans le cadre du projet Élections directes des gouverneurs et lutte contre la corruption en RDC, force démocratique et vecteur du changement en RDC ; avec l’appui financier de NED.

Lubumbashi : Le cercle Makutano sert de cadre à la formation des professionnels de médias et défenseurs des droits humains/ Le, 16 Août 2021

C’est dans la poursuite de l’exécution de son projet « Elections directes des Gouverneurs de province et lutte contre la corruption, force démocratique et vecteur du changement en RDC », que l’ONG Actions pour la Justice le Développement et les Droits humains (AJDDH en sigle) s’en est allée à la conquête de la ville de Lubumbashi et a organisé ce lundi 16 août 2021, un atelier de formation. La thématique est restée la même pour les ateliers précédents organisés à Kinshasa, Goma, Bunia et Kisangani. Il s’est agi des techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption courante et électorale

25 participants dont 13 défenseurs des droits humains et 12 professionnels des médias ont vu à cette occasion leurs capacités se renforcer à travers leurs communications à la fois épistémiques et empiriques des intervenants choisis pour la cause.

Monsieur Jedidia MABELA, chargé des programmes de l’ONG-AJDDH a abordé les techniques de monitoring des cas de corruption courante et électorale avant que l’expérimenté journaliste d’investigation, Monsieur Pierre KABOBA expose sur les techniques d’investigation des cas de corruption courante et électorale.

Après ces interventions des principaux facilitateurs, s’en étaient suivies des questions et contributions des participants dont la grande majorité était très intéressé par la thématique au regard des maux multiples, avec des effets dévastateurs, que crée la corruption dans notre pays.

Par la suite, les participants ont été scindés en deux groupes pour des travaux en carrefour qui ont permis de dégager : les approches ou technique de renforcement de la lutte contre la corruption ; le besoin technique, matériel et financier pour mieux faire cette lutte ; les mesures d’actions collectives à mettre en place ; et enfin le plan de mobilisation de fonds pour rendre fonctionnel le noyau d’alerte crée à l’issue de cet atelier.

A l’issu de l’atelier, le Directeur Exécutif de l’ONG-AJDHH, Me Elly KAYEMBE a remercié toute l’assistance pour la participation qualitative et surtout HABARI RDC pour sa collaboration qui a facilité la préparation logistique de ces assises. Il sied de signaler la participation du Président de l’UNPC du Haut KATANGA.

Kinshasa : Comment investiguer et monitorer sur les cas de corruption courante et électorale ?/Le,10 Août 2021

Ce mardi 10 août 2021, l’ONG-AJDDH organise à l’intention de 12 professionnels de médis et 13 défenseurs des droits humains, un atelier de formation sur les techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption courante et électorale. Le centre d’Etudes pour l’Action Sociale (CEPAS en sigle) a servi de cadre à cette randonnée à la fois scientifique et patriotique qui a commencé à 8h30 pour finir à 17h30.

Deux experts identifiés dans la ville de Kinshasa, Madame Annie BAMBE et Monsieur Pascal MULEGWA, respectivement Activiste chevronnée des droits humains et Journaliste de la Radio France Internationale (RFI en sigle) ont été les principaux intervenants. Ils ont non seulement partagé les différentes connaissances théoriques mais aussi et surtout ; leurs riches expériences sur le sujet.

Si l’intervention de Madame Annie a tourné autour des techniques de monitoring des cas de corruption courante et électorale, celle de Monsieur Pascal a été plutôt axée sur les techniques d’investigation.

Après les brillants exposés des experts, les participants ont tout de suite interagi avec des questions et contribution substantielle. Une ambiance qui a laissé transparaitre l’intérêt de l’assistance à la question la lutte contre la corruption, une gangrène pour le développement politique, économique et social de notre pays.

Par la suite, les participants ont été scindés en deux groupes pour des travaux en carrefour qui ont permis de dégager : les approches ou technique de renforcement de la lutte contre la corruption ; le besoin technique, matériel et financier pour mieux faire cette lutte ; les mesures d’actions collectives à mettre en place ; et enfin le plan de mobilisation de fonds pour rendre fonctionnel le noyau d’alerte crée à l’issue de cet atelier.

Cerise sur gâteau, les participants ont sanctionné cette activité par un communiqué conjoint mettant en avant-garde leur engagement citoyen à poursuivre sans désemparer la lutte contre la corruption amorcée en RDC.  

 

Kinshasa : Reportage exclusif de l’atelier de formation de des défenseurs des droits humains et professionnels des médias sur les techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption courante et électorale./ Le , 13 Août 2021

Activité réalisé dans le cadre de la mise en œuvre du projet Élections directes des gouverneurs de province et lutte contre la corruption ; force démocratique et vecteur du changement en RDC avec l’appui financier de l’ONG américaine NED.

Première Édition du sommet national des jeunes leaders, le Directeur Exécutif de l’ONG-AJDDH partage son expérience. / Le, 02 Août 2021

Sous l’initiative de la LYREC (League of Youth For The Renaissance Of Congo), il se tient depuis le lundi 02 août, un sommet national des jeunes leaders des organisations de la société civile sur le thème retenu est « Jeunes-Démocratie-Cohésion Nationale et Paix durable en RDC ».

Ce rendez-vous du savoir patriotique qui réunit plus de 150 jeunes, venus de toutes les provinces de la RDC se clôture ce mercredi 04 août. C’est fut l’occasion pour le Directeur Exécutif de l’ONG AJDDH, Me Elly Kayembe, de partager son expérience et son parcours pour inspirer, réveiller le leadership en dormance, transmettre de l’énergie de poursuivre le chemin d’endurance à ceux qui veulent abandonner après avoir pris la bonne décision de commencer et soutenir ceux qui tiennent encore.

Aujourd’hui Me Elly Kayembe et tout ce qui vous pouvez lui coller comme titre, mais sachez qu’il est venu du néant, il était informe et vide sans possibilité d’attirer le regard, fils d’un pensionné de l’Etat (Directeur d’école primaire Etoka) et d’une femme vendeuse du thé au marché central de Kisangani, fils d’une Femme courageuse et éprise d’indépendance financière peu importe le passage de la vallée, des perturbations de la vie, des péripéties quotidiennes, fils d’une femme de grande capacité de résilience.

Dans ses faibles commencements, Me Elly Kayembe pour se former, s’abandonne à l’encadrement de Dismas Kitenge après son parcours académique clôturé avec une participation citoyenne avérée à la défense des droits des étudiants de l’Université de Kisangani. Il s’est donné le devoir d’apprendre sans exiger le gain financier à ses formateurs qu’il a rencontrés dans son parcours.

Il chute en rappelant que c’est aussi possible pour tout le monde, juste question de vision, d’engagement et détermination.

Il a précisé que nos conditions difficiles auxquelles nous faisons face doivent faire naître en nous la motivation et la détermination de changer le narratif plutôt que de se résigner.

Après sa brève présentation, l’impétrant a passé en revu son parcours scolaire, et académique, son parcours professionnel, sa source de motivation, les risques de son engagement avant de chuter par des recommandations faites aux jeunes leaders.

Il ressort principalement de ses recommandations : la nécessité pour la jeunesse de s’engager résolument dans une dynamique citoyenne responsable, d’avoir une ferme croyance à ses combats, de lutter par conviction, de disposer d’une ressource de revenu non tributaire de la lutte, de se montrer déterminant, de faire preuve de sacrifice, de choisir rigoureusement ses collaborateurs, et de faire preuve en effet d’une discipline de travail.