Atelier de formation des défenseurs des droits humains et des professionnels des médias à Kisangani

Dans le cadre de la mise en Œuvre de son projet: Elections directes des gouverneurs de provinces et la lutte contre la corruption , force démocratique et vecteur du changement; l’ONG -AJDDH continue la série d’Ateliers de Formation des Défenseurs des Droits Humains et le Professionnels des Médias sur les techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption classique et électorale dans la ville de Kisangani La Salle Léonard Ridja de l’alliance française de Kisangani a servi de Cadre pour cet Atelier qui en plus de renforcer les capacités des participants, les défenseurs des droits Humains et les professionnels de médias en vue d’établir une collaboration efficace afin de relever les défis liés à lutte contre la corruption classique et électorale dans notre pays en général, et dans la province de la Tshopo en particulier.

Un point de Presse , pour annoncer la série d’Ateliers de capacitation des défenseurs des droits humains et professionnels des Médias.

Après la mission de plaidoyer au sommet de l’Etat pour les élections directes des gouverneurs de provinces au mois de Novembre dernier, AJDDH entame la Série d’ateliers capacité des défenseurs des droits humains et  professionnels des médias sur les technique de monitoring et d’investigation des cas de corruption classique et électorale.

A cet effet , AJDDH a organisé une conférence de presse qui qui lui a permis d’évaluer à mi-parcours les activités d’ores et déjà réalisées dans le cadre du projet Elections directes des gouverneurs et vices Gouverneurs , force démocratique et vecteur du changement en RDC.

COMMUNIQUE CONJOINT DU CONSORTIUM POUR L’INCLUSION DES JEUNES DANS LE PROCESSUS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX EN RDC

L’attaque du convoi PAM dans le territoire de Nyiragongo et le meurtre du Major Wiliam Assani dans le Rutshuru : énièmes tragédies qui attestent la nécessité de repenser la stratégie de consolidation de la paix dans la région du Kivu

Il est de notoriété publique que l’Est de la RDC est transformé en un sanctuaire des forces négatives qui sévissent la région depuis plus de deux décennies maintenant. Des groupes armés, milices d’auto-défense et rebelles contrôlent des pans entiers du territoire national dans cette partie du pays. Ils recourent systématiquement à la violence tantôt pour étendre leur hégémonie, tantôt pour exploiter illégalement nos ressources, ou encore exprimer leur revendication. Ils sont ainsi à la base des carnages à répétitions des milliers de congolais, des déplacements massifs des populations, des violences sexuelles et sexistes de tout genre.

Ce  cycle  infernal  de  violence  est  loin  d’être  terminé  et  devient  inéluctablement  une menace pour la paix et la sécurité internationale, comme le démontre la récente attaque du convoi du Programme Alimentaire Mondial (PAM) le lundi 22 Février 2021 à moins de 15km de la ville de Goma, occasionnant la mort de l’Ambassadeur Luca ATTANASIO, son  garde  du  corps   d’origine  italienne   et  son  chauffeur  Mustapha  MILAMBO  de nationalité congolaise.

Seulement 24 heures après, soit la nuit du mardi 23 au mercredi 24 février, 11 personnes ont encore été tuées à Kisima dans le territoire de Beni portant  à 1013 le nombre de civils tués dans la région depuis 2019.

Dans  la  soirée  du  mardi  03  mars,  encore  une  attaque  des  rebelles  sur  la  RN2  dans  le territoire  de  Rutshuru  a  occasionné  la  mort  du  Major  William  auditeur  du  parquet militaire détaché de Rutshuru. Le colonel Lumbu a été blessé dans le même incident.                     Ce relief d’insécurité chronique a réussi à insuffler une culture de violence dans le chef de plusieurs jeunes qui faute d’alternatives pour leur survie économique et socio- professionnelle acceptent de s’enrôler dans les différents groupes armés.

Pire encore, certains parmi eux sont instrumentalisés à recourir à la violence pour leur positionnement et pour exprimer leur revendication.

Fort de ce qui précède, il semble évident que les solutions exclusivement militaires de traque de ces groupes armés enclenchées jusqu’ici par le Gouvernement congolais et ses partenaires stratégiques pour restaurer la paix dans la région du Kivu, ont démontré leur limites. Visiblement parce qu’elles se limitent à attaquer les manifestations du problème qui sont les effets et non les vraies causes.

 

  • C’est pourquoi, nous les ONG-DH (Africa reconciled (Ar); Actions pour la Justice, le Développement et les Droits Humains (AJDDH); Provide Hope in Action (PHA); Actions et Initiatives de Développement pour la Protection de la Femme et de l’Enfant (AIDPROFEN) ; ayant rencontré le Président de la République lors des consultations nationales en novembre dernier, réitérons notre principale recommandation d’inclure les jeunes (filles et garçons) acteurs clés dans le processus de la consolidation de la paix à l’est de la RDC.

    Cette proposition se décline en recommandations suivantes:

    1.Consolidation de la paix : Impulser le renforcement des mécanismes de justice transitionnelle : Poursuites judiciaires des présumés auteurs de crimes commis en RDC contre les populations civiles et réparations par des garanties de non répétition ainsi que des excuses publiques ;
  •  

    • 2. Pensée critique (leadership transformationnel) et non-violence active :

    développer des programmes qui permettent aux jeunes (filles et garçons) de découvrir leurs potentiels afin de booster l’émergence positive de leurs communautés ;

  • Offrir aux jeunes (filles et garçons) des alternatives face au recours à la non- violence, afin de réduire les risques de manipulations politicienne ;
  • Créer des centres d’internement et d’encadrement, dans les provinces à part Kanyama- Kasese pour les jeunes (filles et garçons) désœuvré(e)s, surtout dans des provinces en voies de sortie des crises sécuritaires ;
  •  
  • Réorienter les jeune (filles et garçons) désœuvrés : retour à l’école classique pour les uns et pour les autres, dans le centre d’apprentissage des métiers, université, entrepreneuriat et activités génératrices des revenues en vue de lutter contre les banditismes urbains et promouvoir la réinsertion socio-économique ;
  • Offrir un centre d’accompagnement psycho-social en faveur des jeunes (filles et garçons) désœuvrés ;
  •  
  • Impliquer les jeunes filles et garçons dans la gestion de la chose publique pour une bonne représentativité aux instances de prise de décision car ils constituent un socle important pour la construction de la paix entant qu’actrice du changement
  •  
  • Les jeunes constituent la majorité de la population civile, leur participation et encadrements reste une des priorités dans tous les secteurs de la vie.

3. Autonomisation socio-économique des jeunes :

  • créer un fonds national et faciliter l’accès des jeunes aux financements pour la création des petites et moyennes entreprises ;
  • Faciliter l’octroi des documents légaux et d’allégement fiscal en faveur des initiatives des

Organisation

Responsabilité

Téléphone

Mail

Africa Reconciled

(AR)

Actions pour la Justice, le Développement et les Droits

Humains(AJDDH)

Actions et Initiative de Développement pour la Protection de la Femme et de l’Enfant (AID

PROFEN)

Provide Hope in Action (PHA)

 

Pascal MUGARUKA

CHINYABUGUMA

 

Me Elly KAYEMBE MULAYA

 

Passy MUBALAMA NABINTU

 

 

Ananas KAMBALE KAHAMBA

+243994183663

 

 

+243971434546

+243824262580

 

+243974341076

+243811441591

 

 

+243994167427

Suivez – Vous…

Parlement européen, Election transition avec ou sans J Kabila 1 Communication1
Le résume en image de la visite du Ministre-Conseiller et Chef de la Coopération à l’Ambassade du Royaume de Belgique en République Démocratique du Congo, M. Stefan Meersschaert, aux bureaux de Coordination Goma de l’AJDDH avec tout le staff piloté par son Directeur Exécutif, Me Elly Kayembe.
L’UN DE NOS PROJETS ( Projets NED
Dans le cadre de la sensibilisation pour le respect des gestes barrières…(Ajddh)
Le Chargé des Programmes de l’AJDDH livre le bien fondé de la campagne de sensibilisation sur l’enre
formation des jeunes sur la promotion de la démocratie, la participation à la gestion de la Ch Pub
Interpellation Produit par AJDDH
DESCENTE A LUBUNGA AJDDH 2 FEV 2020
Event Show a reçu dans ce numéro spécial : 1.Jedidia Mabela , chargé des programmes de l’A.J.D.D.H.
Ajddh Participe à la campagne de l’appel à la Sécurité des personnes et de leurs biens dans la province de la Tshopo
les élections directes de Gouverneurs et leurs vices mise en scène du spectacle par (actions Ajddh)
Répression de la marche pacifique organisée à Kisangani par AJDDH pour réclamer la tenue des élections en 2017
Interview de Me Elly Kayembe , Directeur Exécutif de l’ONG AJDDH , au parlement européen en Mars 2018 à Bruxelles sur la Problématique des élections en RDC.
AJDDH organise les militants ds mouvements citoyens dont la Lucha et Filimbi, la marche pacifique pour réclamer la Tenue des élections en 2017

TROISIEME ATELIER DE FORMATION A GOMA DANS LE CADRE DU PROJET « PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET LA PARTICIPATION DES CITOYENS A LA GESTION DES AFFAIRES PUBLIQUES LOCALES A GOMA DANS LE NORD-KIVU », AVEC L’APPUI D’AFD, FONDATION DE FRANCE, FONDATION POUR LES DROITS HUMAINS, DEFI ET AEDH

Poursuivant la mise en œuvre de son projet axé sur  « la promotion de la démocratie et la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma, dans le Nord-Kivu » ; l’ONG-AJDDH organise  mardi 10 novembre 2020 un troisième atelier avec les jeunes des mouvements associatifs et citoyens de la ville de Goma.

La salle de conférence de l’hôtel case départ II, a servi de cadre à ce rendez-vous scientifique et patriotique qui a réuni 61 participants vénus des différents quartiers des deux communes de Goma.

Sous la houlette du modérateur, l’hymne national a permis de lancer les activités de la journée subdivisée en deux grandes étapes : l’étape des interventions des conférenciers et celles des travaux en carrefours par les participants.  

Ainsi, trois panélistes ont décortiqué le thème général : promotion de la démocratie et participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma /NK.

Pour ce faire, ils ont tour à tour développé les sous-thèmes : participation démocratique des citoyens (1); l’aperçu théorique et pratique du concept citoyen et citoyenneté (2) ; les politiques publiques comme outil efficace de participation à la gestion des affaires publiques (3).

Favorisant le travail en consortium avec les organisations locales sœurs, AJDDH recours dans le cadre de la mise en œuvre de ces projets à l’expertise des organisations partenaires de la place. Ainsi donc, M. Florentin Byenda, le DAF de l’ONG Africa Reconciled a été associé à cette activité comme intervenant.

Divine Amani (AJDDH), Florentin Byenda (AR) et Jedidia Mabela (AJDDH)

La deuxième étape de l’atelier était centrée sur les travaux en carrefour. Comme pour les deux précedentes journées, les participants ont été subdivisé en trois groupes thématiques : Education-Emploi ; Agriculture-pèche-Elevage-Infrastructure ; Sécurité-Droits humains. Une vingtaine des participants dans chaque groupe ont analysé les différends maux de leurs domaines et ont proposé des solutions alternatives.

Travaux en carrefours par les participants Après des réflexions en carrefour,  chaque groupe a rapporté à l’assemblée plénière le compte rendu. Celle-ci a adopté et porté des ajustements le cas échéant.

TABLE RONDE DU 20 NOVEMEBRE 2020 ENTRE LES AUTORITES POLITICO-ADMINISTRATIVES, MILITAIRES ET POLICIERES DU NORD-KIVU ET LES JEUNES DES MOUVEMENTS ASSOCIATIFS ET CITOYENS DE GOMA AVEC L’APPUI D’AFD, FONDATION DE FRANCE, FONDATION POUR LES DROITS HUMAINS, DEFI ET AEDH

Les quatre ateliers de formation organisés par l’ONG-AJDDH à Goma dans le cadre de la mise œuvre du projet « Promotion de la démocratie et la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma dans le Nord-Kivu », ont débouché à des solutions alternatives concrètes aux différents maux qui gangrènent la vie publique dans la ville de Goma au Nord-Kivu.

L’objectif étant celui de faciliter l’élaboration des politiques publiques qui prennent en compte les aspirations profondes des gouvernés afin d’améliorer durablement leurs conditions de vie, il a été impérieux d’offrir un cadre d’échanges pacifiques et directs entre gouvernants et gouvernés. C’est ainsi que le 20 novembre 2020, dans la salle de conférence  de l’hôtel BAKANJA à Goma, l’ONG AJDDH a organisé une table ronde réunissant d’une part les autorités politico-administratives, militaires et policières et d’autres part, les jeunes mouvements associatifs et citoyens dont le programme se présentait de la manière suivante : accueil et mise en place des participants, arrivée des partenaires locaux et internationaux,  arrivée des autorités politico-administratives (Bourgmestres des communes de Goma et Karisimbi, chef de la division de la jeunesse, Maire de la ville de Goma, Commissaire provincial de la PNC/Nord-Kivu ;

Commandant de la 34ième région militaire FARDC/Nord-Kivu, Ministre provincial de la jeunesse/Nord-Kivu, Président de l’Assemblée provincial du Nord-Kivu), arrivée du Gouverneur de province du Nord-Kivu, hymne national, présentation de l’ONG-AJDDH par le chargé des programmes Jedidia MABELA, présentation du contexte du projet par l’Assistante au Programme Madame Divine AMANI, présentation des propositions des jeunes aux autorités et aux partenaires à la cérémonie par Madame Tsheza SWANA une participante, remise au Gouverneur et au Président du Bureau de l’Assemblée provinciale du Nord-Kivu du document de plaidoyer des jeunes de la ville de Goma, mot de son excellence Monsieur le Gouverneur de Province du Nord-Kivu pour clôturer l’activité, photos de famille, et rafraichissement.

Cet exercice démocratique a permis de rapprocher les autorités des jeunes des mouvements citoyens et associatifs de Goma qui, faute de mieux, recourent très souvent aux manifestations publiques pour exprimer leur indignation comme premier moyen de revendication.  L’ONG AJDDH a de ce fait permis de rajouter à cette démarche qui du reste est légitime et démocratique, le paradigme de plaidoyer direct qui permet en plus de s’indigner, de faire des propositions concrètes sur les maux de la société. Par cet exercice, l’ONG AJDDH a créé un cadre d’échange entre les autorités et les jeunes de Goma pour résoudre pacifiquement les problèmes liés à la société avant de recourir aux  manifestations publiques après avoir observé l’échec de ces échanges.

QUATRIEME ATELIER DE FORMATION A GOMA DANS LE CADRE DU PROJET « PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET LA PARTICIPATION DES CITOYENS A LA GESTION DES AFFAIRES PUBLIQUES LOCALES A GOMA DANS LE NORD-KIVU », AVEC L’APPUI D’AFD, FONDATION DE FRANCE, FONDATION POUR LES DROITS HUMAINS, DEFI ET AEDH

Dans la mise en œuvre de son projet sur : « la promotion de la démocratie et la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma », l’ONG Actions pour la justice, le développement et les Droits Humains AJDDH en sigle a organisé son quatrième atelier de formation avec 57 jeunes des mouvements associatifs et citoyens pour clôturer la série des activités de renforcement des capacités.

Cette activité du 11 Novembre 2020 à l’Hôtel Case Départ II, a connu la participation de 57 participants dont 24 filles et 33 garçons

Après avoir renforcé les capacités de ces acteurs sociaux sur les mécanismes de participation démocratique par le contrôle citoyen des institutions provinciales, ces jeunes ont poussé leurs réflexions autour des questions touchant les différents domaines qui gangrènent  la vie publique dans la ville de Goma au Nord-Kivu. Ces domaines sont entre autre (la sécurité, les Droits Humains, l’éducation, l’emploi, l’énergie,  l’infrastructure, agriculture,  pêche et élevage) sous la supervision du staff AJDDH/GOMA.

Avec un sens élevé de patriotisme et de lucidité analytique,  ils ont décelé le(s) problème(s)  et le(s) cause(s) liés dans ces domaines ci-haut cités et ont proposé les pistes de solution.  

DEUXIEME ATELIER DE FORMATION A GOMA DANS LE CADRE DU PROJET « PROMOTION DE LA DEMOCRATIE ET LA PARTICIPATION DES CITOYENS A LA GESTION DES AFFAIRES PUBLIQUES LOCALES A GOMA DANS LE NORD-KIVU », AVEC L’APPUI D’AFD, FONDATION DE FRANCE, FONDATION POUR LES DROITS HUMAINS, DEFI ET AEDH

Après le lancement de son projet «Promotion de la démocratie et la participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma, dans le Nord-Kivu », le 22 août dernier, l’ONG Actions pour la Justice, le Développement et les droits humains, AJDDH en sigle a procédé lundi 09 Novembre 2020 à l’organisation du deuxième atelier de formation avec les jeunes des mouvements associatifs et citoyens de la ville de Goma pour réfléchir autour des problèmes de leurs sociétés, dégager les causes de ces problèmes et en proposer des solutions à soumettre aux autorités.

Pour rattraper l’indicateur chiffré des participants, au lieu de 50 participants comme il était prévu pour chaque atelier, cet atelier a connu 54 participants, essentiellement membres des mouvements associatifs et citoyens de la ville de Goma ont pris part à cette activité dans la salle de conférence de l’hôtel Case Départ II, sous la thématique centrale  « Promotion de la démocratie et participation des citoyens à la gestion des affaires publiques locales à Goma /NK ».

Pour étayer cette thématique et renforcer les capacités des acteurs présents à l’atelier, trois conférenciers ont tout à tour exposé sur la participation démocratique des citoyens ; l’aperçu théorique et pratique du concept citoyen et citoyenneté, l’évaluation de l’adéquation des politiques publiques proposées par rapport aux problèmes que connait la société congolaise, pour déboucher aux propositions concrètes qui conduiraient à la participation efficace à la gestion des affaires publiques.  Après des exposés aussi clairs et limpides, les participants ont interagi avec des questions pour fixer les idées et suppléments d’information.

Jedidia Mabela, Chargé des Programmes   Divine Amani, Coordonnatrice Prov Adj / Nord-Kivu Après cette étape, s’en était suivie celle des travaux en carrefour au cours desquels les participants ont été scindés en trois groupes thématiques : Education-Emploi ; Agriculture-pèche-Elevage-Infrastructure ; Sécurité-Droits humains. Dans chaque groupe, ils ont analysé les causes des différents maux qui gangrènent ces secteurs de la vie nationale et formulé des propositions alternatives qui ont été adoptées en plénière.

 Travaux en carrefours par les participants

Le mot de la fin du chargé des programmes AJDDH a mis un terme à ce deuxième atelier avant la prise de photo de famille La Coordination Nationale de Renforcement du Système Communautaire, CNRSC en sigle lance à Kisangani dans la Tshopo la vérification 5% de ménages ayant obtenu des MILDS.

En marge de ce lancement, la CNRSC organise 3 sessions de formations pour les membres des OSC de la CNRSC au rang des coordinateurs des ZS et superviseurs des aires de santé.  

Durée de formation : 1ère session : du 28 au 30/09 2ieme session: du 02 au 04/10 3ieme: du 06 au 08/10.

COMMUNIQUE N°02/KIS/AJDHH/2021

TSHOPO : Encore un naufrage évitable qui endeuille des familles à l’aube d’une nouvelle année…

L’ONG Actions pour la Justice, le Développement et les Droits Humains, AJDDH en sigle, apprend avec effroi le naufrage sur le fleuve Congo de la baleinière « sacré cœur » ce vendredi 08 janvier 2021, vers 19h30 alors qu’elle venait à peine de quitter la ville de Kisangani au port connu sous le nom de « jaloux jaloux » pour se rendre dans le territoire de BASOKO en passant par ISANGI. 

Cette embarcation de fortune, fabriquée à l’aide du bois et des planches aurait surchargé son cargo avec près de 600 sacs de ciment, plusieurs futs d’essence ainsi que des barres de fer, sans compter les passagers qui amenaient avec eux toute forme de marchandises diverses. Selon certaines sources concordantes, le bilan provisoire de cet accident ferait état de 221 rescapés, plusieurs disparus, et 5 morts repêchés sous l’eau du fleuve. 

Enième accident sur le fleuve Congo dans la province de la Tshopo, laisse transparaitre le dilettantisme de notre système de navigation fluviale en mal d’exécution des règles qui régissent ce secteur. Il reflète aussi, la témérité et la fragilité des mécanismes privés développés par les acteurs économiques pour contourner les défis de transport et communication entre les centres  et les périphéries.  

 Dans le noble but de concilier l’impératif de préserver la sécurité des voyageurs et celui de faciliter les  échanges économiques entre les centres et les périphéries, des solutions conjoncturelles (à court terme) et durables (à long terme) doivent être pensées par les autorités et les opérateurs économiques. 

Ces accidents d’embarcation à répétition pour des raisons évoquées indiquent clairement la défaillance des responsables des services de transport en République Démocratique du Congo au niveau national comme provincial.

Ainsi, AJDDH demande aux autorités :

  • De suspendre tous les responsables du port « jaloux jaloux » ayant autorisé la navigation de cette embarcation ;
  • D’ouvrir des enquêtes pour établir des responsabilités afin d’organiser des poursuites judiciaires à l’encontre des présumés coupables par une audience foraine ;

Pour des solutions à court terme,  AJDDH recommande  au Ministre ayant dans ses attributions le  Transport et voie de communication :

  • De sanctionner toute défaillance des responsables des ports sur l’ensemble du territoire national ;
  • De renforcer le contrôle systématique de chargement de toutes les baleinières et autres embarcations au point de départ comme au point d’arrivée ;
  • D’appliquer formellement l’interdiction des navigations nocturnes comme l’exige la loi en la matière ; 

Et à long terme, AJDDH recommande : 

  • Aux opérateurs économiques locaux, propriétaires de ces baleinières de se constituer en coopérative et entrevoir la fabrication des bateaux modernes à même de faciliter les trafics commerciaux sécurisés de BASOKO-ISANGI-KISANGANI. 
  • Aux autorités politico-administratives d’implémenter des politiques publiques efficaces de transport et communication pouvant interconnecter les territoires et le chef-lieu de la province en minimisant les risques sécuritaires. 

Fait à Kinshasa, le 11/01/2021

Pour l’ONG-AJDDH

Me Elly KAYEMBE

Directeur Exécutif