COMMUNIQUE

COMMUNIQUE CONJOINT DU CONSORTIUM POUR L’INCLUSION DES JEUNES DANS LE PROCESSUS DE CONSOLIDATION DE LA PAIX EN RDC

L’attaque du convoi PAM dans le territoire de Nyiragongo et le meurtre du Major Wiliam Assani dans le Rutshuru : énièmes tragédies qui attestent la nécessité de repenser la stratégie de consolidation de la paix dans la région du Kivu

Il est de notoriété publique que l’Est de la RDC est transformé en un sanctuaire des forces négatives qui sévissent la région depuis plus de deux décennies maintenant. Des groupes armés, milices d’auto-défense et rebelles contrôlent des pans entiers du territoire national dans cette partie du pays. Ils recourent systématiquement à la violence tantôt pour étendre leur hégémonie, tantôt pour exploiter illégalement nos ressources, ou encore exprimer leur revendication. Ils sont ainsi à la base des carnages à répétitions des milliers de congolais, des déplacements massifs des populations, des violences sexuelles et sexistes de tout genre.

Ce  cycle  infernal  de  violence  est  loin  d’être  terminé  et  devient  inéluctablement  une menace pour la paix et la sécurité internationale, comme le démontre la récente attaque du convoi du Programme Alimentaire Mondial (PAM) le lundi 22 Février 2021 à moins de 15km de la ville de Goma, occasionnant la mort de l’Ambassadeur Luca ATTANASIO, son  garde  du  corps   d’origine  italienne   et  son  chauffeur  Mustapha  MILAMBO  de nationalité congolaise.

Seulement 24 heures après, soit la nuit du mardi 23 au mercredi 24 février, 11 personnes ont encore été tuées à Kisima dans le territoire de Beni portant  à 1013 le nombre de civils tués dans la région depuis 2019.

Dans  la  soirée  du  mardi  03  mars,  encore  une  attaque  des  rebelles  sur  la  RN2  dans  le territoire  de  Rutshuru  a  occasionné  la  mort  du  Major  William  auditeur  du  parquet militaire détaché de Rutshuru. Le colonel Lumbu a été blessé dans le même incident.                     Ce relief d’insécurité chronique a réussi à insuffler une culture de violence dans le chef de plusieurs jeunes qui faute d’alternatives pour leur survie économique et socio- professionnelle acceptent de s’enrôler dans les différents groupes armés.

Pire encore, certains parmi eux sont instrumentalisés à recourir à la violence pour leur positionnement et pour exprimer leur revendication.

Fort de ce qui précède, il semble évident que les solutions exclusivement militaires de traque de ces groupes armés enclenchées jusqu’ici par le Gouvernement congolais et ses partenaires stratégiques pour restaurer la paix dans la région du Kivu, ont démontré leur limites. Visiblement parce qu’elles se limitent à attaquer les manifestations du problème qui sont les effets et non les vraies causes.

 

  • C’est pourquoi, nous les ONG-DH (Africa reconciled (Ar); Actions pour la Justice, le Développement et les Droits Humains (AJDDH); Provide Hope in Action (PHA); Actions et Initiatives de Développement pour la Protection de la Femme et de l’Enfant (AIDPROFEN) ; ayant rencontré le Président de la République lors des consultations nationales en novembre dernier, réitérons notre principale recommandation d’inclure les jeunes (filles et garçons) acteurs clés dans le processus de la consolidation de la paix à l’est de la RDC.

    Cette proposition se décline en recommandations suivantes:

    1.Consolidation de la paix : Impulser le renforcement des mécanismes de justice transitionnelle : Poursuites judiciaires des présumés auteurs de crimes commis en RDC contre les populations civiles et réparations par des garanties de non répétition ainsi que des excuses publiques ;
  •  

    • 2. Pensée critique (leadership transformationnel) et non-violence active :

    développer des programmes qui permettent aux jeunes (filles et garçons) de découvrir leurs potentiels afin de booster l’émergence positive de leurs communautés ;

  • Offrir aux jeunes (filles et garçons) des alternatives face au recours à la non- violence, afin de réduire les risques de manipulations politicienne ;
  • Créer des centres d’internement et d’encadrement, dans les provinces à part Kanyama- Kasese pour les jeunes (filles et garçons) désœuvré(e)s, surtout dans des provinces en voies de sortie des crises sécuritaires ;
  •  
  • Réorienter les jeune (filles et garçons) désœuvrés : retour à l’école classique pour les uns et pour les autres, dans le centre d’apprentissage des métiers, université, entrepreneuriat et activités génératrices des revenues en vue de lutter contre les banditismes urbains et promouvoir la réinsertion socio-économique ;
  • Offrir un centre d’accompagnement psycho-social en faveur des jeunes (filles et garçons) désœuvrés ;
  •  
  • Impliquer les jeunes filles et garçons dans la gestion de la chose publique pour une bonne représentativité aux instances de prise de décision car ils constituent un socle important pour la construction de la paix entant qu’actrice du changement
  •  
  • Les jeunes constituent la majorité de la population civile, leur participation et encadrements reste une des priorités dans tous les secteurs de la vie.

3. Autonomisation socio-économique des jeunes :

  • créer un fonds national et faciliter l’accès des jeunes aux financements pour la création des petites et moyennes entreprises ;
  • Faciliter l’octroi des documents légaux et d’allégement fiscal en faveur des initiatives des

Organisation

Responsabilité

Téléphone

Mail

Africa Reconciled

(AR)

Actions pour la Justice, le Développement et les Droits

Humains(AJDDH)

Actions et Initiative de Développement pour la Protection de la Femme et de l’Enfant (AID

PROFEN)

Provide Hope in Action (PHA)

 

Pascal MUGARUKA

CHINYABUGUMA

 

Me Elly KAYEMBE MULAYA

 

Passy MUBALAMA NABINTU

 

 

Ananas KAMBALE KAHAMBA

+243994183663

 

 

+243971434546

+243824262580

 

+243974341076

+243811441591

 

 

+243994167427

Lire Aussi