Après Kisangani, AJDDH va à la conquête de la ville de Bunia pour former les défenseurs des droits humains et les professionnels des médias

Le  projet « Élections directes des gouverneurs des provinces et lutte contre la corruption, force démocratique et vecteur du changement en RDC » qu’exécute l’ONG-AJDDH avec la subvention de l’ONG américaine NED ; prévoit une série d’ateliers de formation dans 7 villes de la RDC. 

Ces ateliers sur les « techniques de monitoring et d’investigation des cas de corruption classique et électorale » visent à renforcer les capacités des participants en vue de promouvoir leur implication active dans la lutte contre la corruption qui gangrène nos institutions et hypothèque le développement tant aspiré de tous et par tous.

C’est ainsi qu’après l’atelier de Kisangani du 29 mars dernier, AJDDH a organisé ce jeudi 15 avril dans la ville de Bunia l’atelier de formation des professionnels des médias et défenseurs  des droits humains. Pour ce faire, AJDDH est restée fidèle à son approche d’action qui consiste  associer les organisations partenaires sur le plan  local dans la mise en œuvre de ces activités afin d’étendre son réseau et consolider l’ancrage communautaire. Pour le cas d’espèce, l’ONG Justice plus, et la coordination provinciale de l’union nationale de la presse de l’Ituri (UNPC/ITURI) ont été utilement associé dans l’organisation pédagogique et logistique de cet atelier. 

A l’issue de cet atelier, AJDDH a facilité pour une première fois dans l’histoire de la province de l’Ituri, la création d’un noyau de lutte contre la corruption réunissant les défenseurs des droits humains et les professionnels des médias. Elle a été agréablement surprise de l’engouement des participants à s’engager dans cette lutte contre la corruption au sein des institutions. Des travaux d’atelier ont permis non seulement de dégager les besoins matériels, financiers et cognitifs pour le fonctionnement de ce noyau d’alerte mais aussi d’élaborer un  plan de mobilisation national et international des ressources pouvant maintenir ce noyau fonctionnel. 

 Il faut signaler que l’atelier a connu une forte participation féminine lors de cet atelier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *